Voie du Lavedan : passage par le Port du Marcadau - regard sur CAUTERETS


CAUTERETS

Une station thermale - une station de montagne pyrénéenne




Situé au fond d'une vallée du Lavedan, à quelques kilomètres au sud de Lourdes avec laquelle elle est reliée par une voie rapide, voisine d'Argelès-Gazost et de Pierrefitte-Nestalas , CAUTERETS est la station thermale et la base de montagne sans doute la plus connue des pyrénées.

Si l'activité thermale est toujours présente, la station devient un centre de montagne et de pyrénéisme particulièrement important l'été, et sans doute la station de ski la plus enneigée l'hiver.

Cauterets est aussi porte du parc national des Pyrénées, et c'est en son sein que nous retrouverons la pureté de la haute montagne pyrénéenne, ses paysages grandioses, sa faune et sa flore protégée, toute une nature que nous pourrons transmettre à nos enfants.

Cauterets est de nos jours une petite ville de 1300 habitants, dont les capacités d'hébergement sont importantes et qui peut nous proposer de multiples activités.

Si d'illustres prédécesseurs nous ont précédé aux thermes de Cauterets , n'hésitons pas nous, à apprécier cette petite ville au caractère pyrénéen bien marqué, pour la multiplicité d'activités proposés, pour ses randos, ses paysages, ... bref pour sa beauté pyréénenne.


CAUTERETS son blason





Description héraldique :
d'azur à la montagne d'argent sur une plaine de sinople, surmontée d'un oiseau de sable accompagné à dextre et senestre de deux chaudrons de gueules

Signification du blason :
La montagne rappelle la situation géographique de la ville. Les chaudrons sont remplis d'eau froide (torrent glacé) pour l'un et d'eau chaude (source sulfureuse à 55°C) pour l'autre, ce qui rappelle l'origine du nom de la ville : Cauterets = chaud et froid.
Ce symbolisme souligne le caractère naturel et l'activité thermale de la ville.
Aux dires des uns, le nom de Cauterets serait tiré de Caoutares , un nom bigourdan signifiant sources d'eau chaude .
Pour d'autres, «lou cautarès », est simplement le chaudron, cet ustensile indispensable à la vie pastorale, et coutumier des bergers qui l'utilisent pour fabriquer leur fromage.
Ce nom, evoque-t-il par ailleurs, le bouillonnement des sources d'eau chaude?

Sans doute, c'est un amalgame de tout cela qui correspond au Cauterets d'autrefois. Et c'est ainsi , que montagnes et chaudron des bergers, se retrouvent sur le blason de la ville de Cauterets, accompagnés du légendaire choucas du Lavedan.


CAUTERETS sur la carte de CASSINI



La carte de Cassini (1750) est intéressante à examiner. Outre le nom de CAUTERES, on retrouve la position des bains, ceux de la Raillère, ceux du Bois.
Non représenté sur cette carte, on voit bien que toute la montagne de Cauterets est dénommée RIVIERE de SAINT-SAVIN, montrant ainsi l'appartenance et la gestion collective de toutes ces montagnes.


CAUTERETS

des temps anciens à nos jours




la présence Humaine depuis les temps anciens dans la vallée de Cauterets est attestée par la présence de cromlechs présents dans la haute vallée du marcadau et du col d'Ilhéou. Ont été répertorié onze cromlechs (pierres dressées en cercle), quatre tumulus-cromlechs, six tumulus simples et cinq dolmens.

Mais , si cette présence est fort ancienne, il semble acquis qu'elle était relative à une exploitation des estives de longue date, mais pas à l'implantation d'un noyau humain à l'emplacement de la ville actuelle.
La vallée de cauterets était en ce temps-là occupée par des forets et paturages exploités par les villages voisins de la vallée. Quelques cabanes et abris de bergers y furent construits. Les sources thermales étaient connues : les chemins des estives passaient à coté, d'où le nom de Caldarez donné à la vallée (vallem caldarensem : vallée du chaudron) et les pasteurs les utilisaient pour soigner leurs maux et ceux de leurs brebis.

Il faudra attendre quelques siècles de plus avant que ne s'implante un ambryon de présence permanente humaine dans la vallée.

Vers l'an 935, le Comte Raymond 1er de Bigorre entreprit de réparer le monastère des moines de l'ordre de St Benoît. Il leur donne en 945 la vallée de Cauterets, à la charge «d'y bâtir une église sous l'invocation de St-Martin et d'y tenir en état des logements pour les bains qu'on y pratiquait de ce temps-là. ». Cet acte de donation sera le premier rapport écrit mentionnant la vallée de cauterets.

La fondation du village de Cauterets (Caouteres) sera l'oeuvre de l'Abbé Bernard III , Abbé de Saint-Savin de 1059 à 1078. Bernard III comprenant l'intéret des sources chaudes de cauterets fit aménager une piscine dénommée " bain d'en-haut ", sur les flancs de Peyraute, à 200 ou 300 mètres au-dessus du gave. Des habitations se regroupèrent autour de ce bain, sous forme de cabanes .Ce hameau primitif rassemblait une dizaine de foyers.

Au cours du XIIème siècle , dans les années 1170, le hameau de Caouteres prendra un peu plus d'importance ( une vingtaine de foyers). L'eglise St martin sera construite, un couvent avec, ainsi qu'un hopital. A l'exploitation des premieres sources (bains d'en haut), s'ajoutera l'exploitation des bains du milieu et des bains d'en bas.

En 1316, les habitants de Cauteres ,trop exigus dans leur hameau à flanc de montagne, sollicitent auprès de l'abbé de St savin, son déplacement et extension sur un emplacement plus commode, plus vaste, plus accessible. Ce sera la création de Cauteres du bas.

Ce même siècle, Cauterets (Caouteres) aura la visite du 1er personnage important : au cours de l' année 1380, Gaston Phébus sur le conseil de ses médecins, entreprit de se rendre aux eaux de Cauterets pour soigner sa surdité.

Dans le début XVIème siècle, Cauterets va subir une double évolution:
- début de sa libération de la tutelle de l'Abbaye de Saint-Savin.
- notoriété importante dans le cadre du Royaume de Navarre auquel appartenait alors le comté de Bigorre. Et cette renommée sera due aux visites fréquentes faites par marguerite de navarre ( épouse d'Henry d'Albret Roi de Navarre , Seigneur souverain de Béarn, Comte de Foix et de Bigorre)
Parallèlement, la décadence de l'Abbaye de Saint Savin, entraina une reprise en main spirituelle par la congrégation de Saint-Maur, laquelle s'attacha plus à sa mission religieuse qu'à la gestion et défense de ses droits féodaux. Il s'ensuivra une reprise en main de la vallée de cauterets par la Rivière de Saint Savin (communauté des villages voisins).

Mais la 2ème moitié de ce XVIème siècle sera plus néfaste avec les guerres de religion, la ruine du pays,la fin du temps des cures thermales ,les guerres en espagne, dont la conséquence sera un ralentissement l'activité thermale et l'entrée en léthargie de Cauterets jusqu'aux années 1715.

A partir de 1715 jusqu'à la révolution de 1789, ce sera le siècle des lumières qui se traduira pour Cauterets par deux faits importants :
-construction de routes carrossables d'accès
Tout d'abord de Tarbes à Pierrefitte en 1730, puis de Cauterets à la Raillère en 1755 , et enfin de Pierrefitte à Cauterets en 1767.
-renommée croissante des eaux thermales de Cauterets. La raillère devint la source à la mode.Des ouvrages médicaux sur ces eaux thermales sont édités et accroissent la bonne réputation de ces eaux.

La fin du XVIIIème siècle, verra la résurgence d'un conflit d'autorité entre la Rivière de Saint-Savin et les successeurs de l'abbaye de Saint-savin, conflit qui n'aura pas de conclusion à la veille de la révolution.
Sur le plan du développement local, des pistes forestières seront ouvertes vers la vallée du Lutour, du Pont d'espagne et du Marcadau permettant une amélioration des conditions d'exploitation des forets.

CAUTERETS de la révolution à nos jours

1789 c'est la révolution. Et elle aura des effets positifs pour Cauterets. En application des grandes lois de la réforme de l'Administration locale et la réorganisation administrative de décembre 1789 , aura lieu la création du département des hautes pyrénées. Cauterets est érigé en commune, et rattaché au district des gaves, chef lieu Argelès ; le canton de Saint-Savin, dont Cauterets fait partie, est une simple circonscription électorale et judiciaire.

D'autre part, la nationalisation des biens du clergés aura pour effet la vente des biens du monastère de Saint-Savin. L'église de l'abbaye devint église paroissiale et les biens indivis de la vallée de Cauterets, administrés depuis longtemps par la Communauté valléenne, furent considérés comme la propriété indivise des sept communes de la Rivière de Saint-Savin .
Cela mettait un terme au conflit qui opposait l'abbaye de saint savin à la communauté des communes de la Rivière de saint-Savin.

Cette fin de siècle se passera tant bien que mal pour Cauterets. Le fait le plus important sera la canalisation des eaux , leur descente dans le village et la construction de l'établissement thermal Bruzaud, un des plus beaux des Pyrénées.

Le début du XIXè siècle verra une restauration des finances publiques (octroi et reprise activité thermale) et l'amélioration du domaine public ( pavage des rues-eclairage- réparation toiture eglise etc ...) qui laisse au visiteur une bonne impression de Cauterets.

De la notoriété aussi, avec, en 1807, Hortense de Beauharnais, Reine de Hollande, fille de l'Impératrice Joséphine et épouse de Louis Bonaparte, Roi de Hollande par la grâce de son auguste frère ! qui séjourne dans Cauterets pendant près de deux mois, du 18 juin au 10 août.
Pendant son séjour, le 25 juillet 1807, la Reine accompagnée des guides Clément Lacrampe et Martin, fera la traversée Cauterets - Gavarnie par la Hourquette d'Ossoue.

Progressivement, Cauterets s'étoffe. En 1820, il y a une centaine de maisons. La petite ville se transforme. Aux maisons de bois suscèdent des maisons de pierre. A la raillère, l'établissement thermal est reconstruit en dur, la construction s'étalera entre 1818 et 1828.

En 1822, Vincent Chaussenque, officier du génie, réalisa la première ascension de la pointe ,à présent, pointe Chaussenque, à 3 205 mètres d'altitude, dans le massif du Vignemale.

Dans les années qui suivirent, Cauterets recevra la visite de nombreuses personnalités.
Les pyrénées deviennent à la mode, un attrait romantique pour la nature et la montagne sauvage se développe. La clientèle aristocratique, loin de déserter les villes d'eaux pyrénéennes, va en faire un de ses lieux d'élection, et la bourgeoisie, dont l'influence grandit, va adopter les goûts et les moeurs de l'aristocratie et faire à son tour le voyage aux Pyrénées et aux eaux de Cauterets.

Le pyrénéisme se développe : En 1837, le célèbre chasseur et guide Henri Cazaux, de Luz, accompagné de son beau-frère, Bernard Guillembet attaquent le Vignemale... par le glacier d'Ossoue... Après bien des difficultés, ils arrivent au sommet de la Pique Longue et, le Vignemale est pour la première fois réellement vaincu .
Le 7 août 1838, la seconde ascension de la Pique Longue fut faite par Lady Lister et une amie, accompagnées par Cazaux et par Charles, le guide de Chaussenque. La montée eut lieu, dit Chaussenque, par le versant espagnol, par une brèche entre la pointe centrale et le Cerbillonas. C'était la voie par laquelle Cazaux et Guillembet étaient descendus en 1837.
Le 11 août 1838, eut lieu la fameuse ascension du Vignemale par Napoléon - Michel Ney, prince de la Moskowa, fils aîné du Maréchal Ney.
Tous ces élements profitent à Cauterets qui voit sa population grandir : de 1376 ha en 1856, elle passe à 1611 en 1866.

A partir de 1856, l'urbanisme se développe à Cauterets rive gauche. Ce sera la création de l'avenue du mamelon Vert. Et une étude fait apparaitre que la moitié de la population vit du thermalisme. Dans les mêmes années, Bernadette Soubirous s'y soignera de l'asthme.
Sous le second empire, le thermalisme connaitra une période de grand développement et de prospérité. Lors de leur séjour à LUZ, Napoléon III et l'Impératrice Eugénie feront une visite à cauterets le 8 septembre 1859.
Les techniques de captages des eaux thermales feront l'objet de travaux d'amélioration.

Les années 1871 à 1899 verront l'âge d'or du thermalisme cauterésien. Le développement des axes de transport y sera sans doute pour beaucoup.

Une ligne de chemin de fer entre Lourdes et Pierrefitte est ouverte en 1871 (inaugurée le 26 juin 1871), puis une ligne électrique Pierrefitte-Cauterets en 1899 (inaugurée le 12 juin). (le tramway cauterets-la raillère sera mis en service le 2 aout 1897).

La ligne Pierrefitte-Cauterets fonctionnera jusqu'au 1er avril 1949 ( arrêt de l'exploitation de la mine de Penaroya).

A partir de 1878, des travaux d'embellissement de Cauterets sont mis en oeuvre: Réseau d'eau potable, d'eau usée, éclairage public (1er juin 1896), nouvelle église ....

Le pyrénéisme bat le plein. C'est l'epoque des ascensions du couloir du clot de la Hount, du couloir de gaube, l'epoque du comte Henry Russell.

Au début du XXème siècle, le thermalisme de Cauterets s'oriente vers la spécialisation en oto-rhino-laryngologie. Autre spécialité : les voies respiratoires inférieures. Outre l'organisation des excursions et ascensions des sommets, ce début du XXème siècle marquera le début du ski au cours de l'hiver 1903-1904. Premieres courses en skis de randonnée . le 15 mai 1904, Falisse et ses compagnons atteignent le sommet du vignemale en montant en skis jusqu'au grottes de Cerbillonas.
Au cours de l'hiver 1905-1906, généralisation de l'usage du ski auprès du CAF, et de la société des Excursionnistes du Béarn. Le ski-club cauterésien est fondé en novembre 1907. Ce sera le début de la mode des sports d'hiver.
1910 sera l'année du Championnat de france de ski aux eaux-Bonnes et à Cauterets.
1914 et le conflit mondial est une période noire pour Cauterets dont 350 habitants seront appelés à combattre et dont 72 ne reviendront pas. Les stations thermales seront utilisées pour le traitement des malades et blessés. Cauterets sera spécialisé pour le traitement des bronchites consécutives aux gazs asphyxiants.
A l'image du pays entier, Cauterets sortira meurtri de la 1ere guerre mondiale. Et son objectif sera de redémarrer le thermalisme et d'améliorer les établissements. Vers 1930, cauterets est redevenu une des grandes stations thermales. La pratique du ski se développera , mais il faudra attendre 1937 pour que se dessine un projet de construction d'un téléphérique, projet arrêté par la guerre de 1939.
Cauterets qui est loin du front va dans les années 40 accueillir des milliers de réfugiés. Puis, Cauterets se trouvera en zone libre jusqu'en novembre 1942 date de l'occupation de la zone sud, où il sera utilisé en centre de repos de l'armée allemande. Des réseaux de passages s'organiseront et assureront le passage en Espagne par le Port du Marcadau pendant la 1ere période, puis cesseront ou deviendront plus durs et détournés ensuite, et en période où la montagne est accessible. La libération de Cauterets se fera le 18 aout sans presque de heurs, la plupart des allemands ayant déjà quitté Cauterets. Cauterets devint pour un temps centre de détention des prisonniers allemands.


Après cette terrible période, il faudra remettre en marche la machine économique. Le thermalisme social remplacera le thermalisme de haut standing et le nombre de curistes doublera. mais la briéveté de la saison thermale entrainera la fermeture d'hotels, et c'est pourquoi,en 1956, la municipalité donnera la priorité à la création d'une station de sports d'hiver.

Au début, ce sera le site du pont d'Espagne qui sera utilisé. Puis une étude sera faite pour aménager une station à Eras Blanques mais c'est finalement le site du cirque du Lys, beaucoup plus favorable qui sera choisi.

Lutte aussi pour la sauvegarde de ses ruisseaux objets de la convoitise d'EDF.

Le développement de l'automobile entrainera des modifications dans la ville, ainsi que l'arret de l'exploitation de la ligne du tramway.
Les années 1960 à 1980 seront le temps des grandes réalisations: télésiège au lac de Gaube,la construction du téléphérique du Lys , télécabine du Courbet (1976) . La route du Campbasque sera quant à elle terminée en 1977.Il y aura aussi la construction du refuge des Oulettes de Gaube, de la chapelle wallon, de la piste d'ilhéou et du refuge Ritter.
Ces années là seront aussi celles de la création du parc national des Pyrénées, projet auquel Cauterets s'est beaucoup investi. La ville se dotera des infrastructures indispensables.

A partir de 1980, Cauterets finira ses équipements thermaux, touristiques , sportifs et urbains. Elle se dotera d'un office de tourisme, modifiera l'accès au Pont d'Espagne ..

et CAUTERETS deviendra le CAUTERETS d'aujourd'hui que nous connaissons...


CAUTERETS : une station thermale




Au coeur d'un site d'une exceptionnelle beauté sauvage, Cauterets jouit d'une longue et flatteuse réputation thermale.

Marguerite de Navarre, soeur de François Ier, y vint en cure tout comme Victor Hugo, Châteaubriand ou Sarah Bernhardt. En 1867, la station possédait la première piscine thermale d'Europe avec eau chaude.

Aujourdhui, elle s'inscrit dans l'avenir d'un thermalisme du bien-être et du bien vivre. Ses eaux chaudes soufrées, renforcées par son climat tonique et vivifiant, ont fait de la ville la capitale du thermalisme pyrénéen. Elles proviennent de deux forages de sources naturelles et leur température est de 45° C à 60° C.



Techniques de soin : cure de boisson, aérobains, bain bocal et nasal, douches au jet, humage, hydromassages, massages sous leau, piscine de mobilisation, rééducation respiratoire, gargarisme, lavage de sinus, etc.

Les thermes de Cauterets comptent trois établissements :

-les thermes César pour O. R. L. et les voies respiratoires,

-les thermes Les Griffons, spécialisés dans la rhumatologie (établissement situé à 1,5 km du centre-ville, sur la route du pont d'Espagne et desservi par une navette),

- enfin, les thermes les Rochers, à proximité des thermes César, accueillent les enfants pour lO. R. L. Remise en forme en eau thermale.

Différentes formules vous sont proposées :

-forfait antistress,

-forfait mal de dos de 3 ou 5 jours,

-forfait anticellulite de 5 jours, l'espace forme ou l'espace beauté (soins du corps, du visage, épilations, manucure).

-Une idée cadeau originale, offrez des formules « Remise en Forme et Esthétique », des pochettes cadeau sont en vente à l'accueil des Thermes de César.


CAUTERETS : l'été




Cauterets l'été est une base pour toutes activités de montagne.


LA RANDONNEE

C'est sans aucun doute , et depuis fort longtemps, l'activité la plus pratiquée, en toute saison, et par le plus grand nombre. (randonneurs, touristes, familles, enfants ... à chacun selon ses possibilités)

Les possibilités sont multiples, citons quelques objectifs de randonnées possibles

- le sentier des cascades
- avec le GR10 , le col de Riou, le col d'Ilhéou
- la voie verte vers Pierrefitte (en descente )
- les lacs de Gaube, d'Ilhéou, d'Estom
- les randonnées vers les refuges du Clot, Wallon, des Oulettes de Gaube, d'Ilhéou , le refuge Russell, d'Estom


LES ASCENSIONS

Les ascensions vers les cols tels le col de Riou, de Contente, la Hourquette d'Ossoue, le Col des Mulets, d'Aratillé, le col du Marcadau, le col de la Fache

Les ascensions de moyenne montagne, comme le Cabaliros , le pic de Péguère, le Monné

Les ascensions des hauts sommets, comme la Grande Fache, l'Ardiden, et ceux du massif du Vignemale par leurs voies normales ( Petit Vignemale, Grand Vignemale, Cerbillona etc .. )


LES CIRCUITS ITINERANTS



les circuits itinérants , avec ascension ou pas de sommets sur le parcours. Parmi ces circuits itinérants , démarrant ou faisant étape à CAUTERETS, citons
- Tour du massif de Gaube proposé par le CDRP65 et articulé autour des refuges des oulettes de gaube, Wallon et du refuge du clot
- Tour des hautes vallées des Gaves proposé par le CDRP65 et articulé autour des refuges des oulettes de gaube,le refuge de baysselance, les granges de holle, le gite de saugué, les gites d'étapes de LUZ, SAZOS ou GRUST
-le Grand raid des Pyrénées , en Rando bien sûr, site sur lequel vous êtes connectés.


LE PYRENEISME

photo fcorpet.free.fr
Le Pyrénéisme , avec la multitude de voies ouvertes sur les aretes et faces du Vignemale et des sommets voisins.
Il se pratique généralement avec des guides, parfois dans le cadre d'activités de club de montagnes et escalades entre membres de club .

Le versant nord du Vignemale (3298 m) présente un vaste amphithéâtre de parois calcaires orientées au nord, hautes de 900 mètres à la Pique Longue.
Le rocher demande généralement des précautions, mais il est correct, parfois très bon dans les classiques : éperon nord du Petit Vignemale, éperon nord-ouest de Chaussenque, face nord du Piton Carré, face nord et éperon nord de la Pique Longue.
L' austérité de certaines murailles et l'équipement en place rarement abondant confèrent au Vignemale un caractère grande course.

On trouve cependant des traversées d'arêtes plus débonnaires mais tout aussi spectaculaires.

En hiver, les couloirs Lechêne, Y, Arlaud-Souriac et Gaube sont de magnifiques et sérieuses courses de glace. Plus faciles, les séracs du Petit Vignemale et le couloir du Clot de la Hount attirent un grand nombre de cordées.
voie face nord classique du Vignemale


LE PARC NATIONAL

Cauterets, c'est aussi la porte du parc national, avec sa faune et sa flore sauvegardées.

Ce sont les possibilités de faire des randonnées à thème sur la flore, la faune , avec des professionnels expérimentés.

Nous reproduisons ici un extrait de la présentation de ces programme (site officel du parc national )
La nature est secrète et ne livre pas toujours facilement ses trésors...
Vous voulez observer des marmottes, entendre leur sifflement, suivre les traces des isards, mettre un nom sur les fleurs, reconnaître les chants des oiseaux et les cris des animaux, vous initier à la lecture de paysage, rencontrer un berger, identifier des traces...
Marcher certes !
mais aussi apprendre la montagne : la vie difficile des plantes et des animaux en altitude, le rôle des troupeaux, la gestion des estives.

Pour répondre à cette demande, chaque été le Parc National des Pyrénées, sous la conduite des gardes-moniteurs, propose un programme de découverte :
" La vie aquatique des ruisseaux ",
" A la recherche des isards ",
" L'histoire d'un volcan ",
" La journée du garde-moniteur "...

A consulter dès le mois de Juin.

Vous pouvez aussi contacter les accompagnateurs en montagne, partenaires du Parc National des Pyrénées. Leur sélection de promenades naturalistes (" Les rapaces ", " La flore des milieux humides ", " Les marmottes ")...vous passionneront.

Ne manquez pas non plus les "Points rencontre" organisés l'été en montagne au bord des sentiers par le parc national, les gardes-moniteurs répondent à toutes vos questions.

Rien ne vaut la présence d'un professionnel pour apprendre à mettre ses sens en éveil, et mieux écouter la nature.


LES CHALLENGES MONTAGNE


LA COURSE AU PETIT VIGNEMALE

la course du petit vignemale

Une reprise de la traditionnelle course au Vignemale.
Son organisation n'est pas annuelle, et des épreuves de même gabari peuvent être organisées à sa place.

LE GRAND RAID DES PYRENEES

le grand raid des Pyrénees

Un challenge fabuleux de 150 km et 9000 m de dénivelé
Il est organisé fin aout et se déroule , pour sa version grand raid, sur 2 jours.
Il est réservé à des trailers entrainés, résistants et habitués à de telles épreuves.
Parcours et organisation sont à consulter sur le site officiel en lien ci-joint.


VTT à CAUTERETS




Randonnées à VTT à Cauterets ' Plus de 110 kms de sentiers au départ de Cauterets, vététistes confirmés et débutants. Office de Tourisme de Cauterets .


Au bas de la station du Lys, un espace est aménagé pour travailler son style quelque soit son niveau. Pour se préserver une fois sur place, laccès se fait par la télécabine du Lys. Sil vous reste des forces empruntez le télésiège du Grand Barbat, et laissez vous tenter par la descente de 1500m de dénivelé. Infos : Office de tourisme de Cauterets Tél : 05 62 92 50 50 / Fax : 05 62 92 11 70 E-mail : accueil@cauterets.com www.cauterets.com

La descente en VTT
Qu'elle s'adresse à des amateurs ou des 'accros' de la discipline, le VTT en montagne permet de concilier la découverte du milieu naturel et la pratique d'une activité sportive mais toujours ludique...
La descente Bike Park (montée avec la télécabine et le télésiège) : Au départ du Cirque du Lys, les amateurs de VTT, comme les accros de la discipline apprécieront le dénivelé unique dans les Pyrénées, à savoir :
- 1500 m de parcours descendant !
- Départ du village de Cauterets (930m) par la Télécabine du Lys.
-Arrivé sur le bas du domaine (1850 m), un tapis de 130 m de long vous permez de profiter pleinement du Bike Park pour travailler son style, quelque soit son niveau*
- Pour la suite : embarquement pour les Crêtes du Lys (2300 m) par le Télésiège du Grand Barbat et départ de plusieurs parcours :
-1 piste verte.
-2 pistes bleues.
-2 pistes rouges.
- Bike park (1850 m)

Les parcours vous conduiront à la piste VTT FFC n°7, qui vous permettra de rejoindre le village de Cauterets.

Aprés une première descente de 1500 m, la télécabine vous permet de renouveler ces sensations durant toute la journée : 'du pur plaisir !'

Tarifs :
- Télécabine + télésiège
- Forfait journée (en continu) :15
- Montée simple : 12
-Bike Park * : 12
-6 jours (non consécutifs) : 75
-Saison : 200
* Le retour du Bike Park est également possible par la télécabine du Lys.





CAUTERETS dans le tour de France



Cauterets dans le Tour de France
Pyrénées / Hautes Pyrénées

Cauterets est une commune des Hautes-Pyrénées, dans l'arrondissement d'Argelès-Gazost, sur le Gave de Cauterets, en bordure du Parc national des Pyrénées. Station thermale. Pistes de ski alpin et de ski de fond de 1400 à 2450 m. 1 336 hab. (Cauterésiens).

Altitude de l'arrivée des étapes à Cauterets : 934 m (1953), 1320 m en 1989 (Le Cambasque), 1310 m en 1995 (Crêtes du Lys). Accès à la station de Cauterets : 15 km d'ascension depuis Pierrefitte-Nestalas.

Cauterets a été 3 fois ville étape du Tour de France, en 1953, 1989 et 1995. Cauterets a aussi été 2 fois ville-départ d'une étape du Tour en 1953 et 1989.
Annéeétape de ... à ... km vainqueur N Maillot jaune N
1953étape 10 Pau Cauterets 103 km 2 ème Jesus Lorono Esp Fritz Schaer Ch
 étape 11 Cauterets Luchon 115 km Jean Robic Fra Jean Robic Fra
1989 étape 9 Pau Cauterets / Cambasque 147 km 1 ère Miguel Indurain Esp Greg LeMond Eu
  étape 10 Cauterets Luchon-Superbagnères 136 km Robert Millar Eco Laurent Fignon Fra
1995 étape 15 St-Girons Cauterets / Crêtes du Lys206 km 1 ier Richard Virenque Fra Miguel Indurain Esp




CAUTERETS : l'hiver



Le cirque du Lys




Royaume du ski alpin et du snowboard, le domaine du Cirque du Lys (1730 m à 2450 m) fait partie des domaines les mieux enneigés de la chaîne pyrénéenne. Il offre 36 kilomètres de pistes parfaitement damées, préparées et sécurisées. 2 pistes noires, 7 rouges, 7 bleues et 5 vertes desservies par 11 remontées mécaniques dont 1 télésiège 6 places débrayable

Pour accéder rapidement au domaine, la station s'est dôtée depuis 2005 de la toute nouvelle Télécabine du Lys (au départ du village, 8 places assises, débit de 2000 skieurs/heure).

Cet équipement permet d'assurer confort et rapidité d'accès au domaine du Lys, le trajet entre le village et le cirque s'effectue en 12 minutes seulement.
Une fois en gare supérieure du Télécabine regardez le village et la vallée enneigée de Cauterets, ce point de vue unique propose également un panoramique sur la chaîne pyrénéenne.
Une fois arrivé au pied des pistes (1850 m), profitez pleinement du domaine et admirez la splendide vue sur les sommets. La variété des pistes vous permet de skier selon votre niveau et vos envies.

Pour vous rendre sur les pistes, vous pouvez également emprunter la télécabine du Courbet. Les 2 installations fonctionnent donc de manière complémentaire pour vous offrir un maximum de glisse.
L'espace Snowpark, encore plus complet et diversifié (grâce au préformatage et au terrassement de nouveaux modules permanents.
Sensations fortes garanties !.

Jeunes et moins jeunes sont invités pour partager un bon moment de détente, n'hésitez pas à discuter avec le shaper du park. Sur place, vous pourrez enfin faire une pause café, déjeuner, goûter...au Carrousel ou sur les chaises longues de la terrasse du Lys.


Les Pistes du Pont d'Espagne


Le site du Pont d'Espagne est devenu un lieu incontournable du ski nordique, des balades en raquettes, du ski alpin débutant et de la luge.
C'est le rendez-vous idéal pour toute la famille.
Ainsi, chacun y trouve son compte sur :
- les 36,5 km de pistes de ski de fond (5 circuits) entre forêts et plateaux.
- les 6 km de sentiers balisés et entretenus (pour piétons et raquettes).
- les 4 Pistes de ski alpin (1 rouge, 1 bleue et 2 vertes) desservies par 1 télésiège et 2 téléskis.
- La piste de luge entièrement aménagée pour goûter aux plaisirs grisants de la vitesse


Voies du Lavedan - Col de la Peyre saint-Martin , Port du Marcadau et Port de Boucharo