Capitale de la BASSE-NAVARRE, St Jean pied de Port doit ce vocable à sa situation au pied du 'PORT' ou 'Col' de RONCEVAUX. 8 kms la séparent de la frontière espagnole, 76 de PAMPELUNE, 55 de BAYONNE et BIARRITZ, 100 de PAU et 120 de LOURDES. Carrefour naturel où convergent les voies desservant tout le PAYS BASQUE, la place Charles de Gaulle, anciennement place du marché, est aussi le point de départ d'un intéressant circuit au coeur de la vieille cité.

Porte de Navarre Percée dans la muraille, jalonnée d'échauguettes et munie d’archères droites, la PORTE de NAVARRE a gardé l'allure caractéristique des portes d'enceinte du XIIIè siècle. Passée la voûte, à gauche monte d’une courette, un escalier d'accès au chemin de ronde, puis deux belles demeures typiques à étages en encorbellement. A droite, la première maison garde le souvenir de l'apôtre des Indes, Saint François Xavier. Sur sa voisine (CANDAU), remarquer la date de la construction actuelle: 1796 4èAR(4è année de la république) et entre deux étoiles, un bonnet phrygien stylisé.



Eglise Notre-Dame du Bout du Pont : se dresse en face le grand mur pignon triangulaire à appareil violacé de l’Eglise avec son occulus et son portail à colonnettes gothiques rayonnant (XIVè siècle). Les premières assises semblent remonter à l’Eglise primitive construite par le roi Sanche le Fort après sa victoire sur les Maures à las Navas de Tolosa (1212).
L’ intérieur, avec une large nef, deux bas-cotés et deux étages de tribunes , présente un ensemble élancé de piliers et colonnes de grès rose. De part et d'autre du choeur polygonal, deux triangles curvilignes ont reçu des vitraux aux armes de la ville et de la province.( chaînes de Navarre ) .

De devant l’Eglise, la rue de la Citadelle monte en pente raide. Elle s’encadre de façades où la pierre est largement utilisée, avec l'alternance dans les couleurs, avant-toits débordants à poutrelles ouvragées. Les linteaux sont ciselés d'inscriptions parlantes, enjolivées de dessins géométriques ou symboles religieux.


1510 Maison Arcanzola : la plus ancienne épigraphie apparait sur une maison remarquable par son étage à pans de bois et remplage de briques en arêtes de poisson.En 1531 y vit le jour le Bienheureux Jean de Mayorga, jésuite martyrisé au large des Canaries par un corsaire calviniste. Dans l'alignement, une tête sculptée témoigne d'une construction fin moyenageuse. De part et d'autre des portes en plein cintre à grands claveaux.

Prison des Eveques : La date de 1584 est incrustée sur la maison des Evêques qu’un jardin sépare du bâtiment dit Prison des Evêques . Ceci rappelle que St Jean Pied de Port fut à trois reprises, entre 1383 et 1417, résidence épiscopale de par la volonté du pape d’AVIGNON, lors du Grand schisme d'Occident..
Le monument est curieux dans son état actuel: l’entrée au pavage des galets s’ouvre sur le corps de garde suivi de cellules disciplinaires et sur l'escalier d'accès à une impressionnante salle souterraine votée en ogive. Visite recommandée .
En ce moment, une évocation inédite, une prison mystérieuse pour s'évader ... au Moyen Age avec le pélerin de Saint Jacques...


Porte Saint Jacques achevant la rue de la Citadelle, Porte inscrite au patrimoine de l’humanité par l'UNESCO et qui doit son nom au passage des pélerins de Compostelle, elle offre un joli coup d'oeil sur la plaine de Cize. Un rapide coup d'oeil sur le complexe sportif et scolaire de premier ordre. Devant le Jaï Alaï, une grande batisse en contrebas où l’on joue à la Cesta Punta ( pelote basque), se trouve le bas-relief de Juan de Huarte, médecin philosophe précurseur de l'orientation professionnelle, auteur d’un ouvrage célèbre utilisé par Montesquieu dans l'Esprit des lois.


La Citadelle :
en surplomb , l’éperon et la masse imposante de la Citadelle (600m sur 150 m). Edifiée à l'emplacement du château médiéval, elle a gardé la marque de VAUBAN. Une rampe pavée conduit à l’arc monumental (porte du ROY) et à la demi-lune.
Point de vue : un plan d'orientation permet d’y admirer un panorama merveilleux sur la vallée et son cirque de montagnes. De dessous, le pont-levis à bascule communiquant avec le pavillon des Gouverneurs sur lequel un fin clocheton s’élève, un chemin de ronde intérieur (escalier-poterne de 269 marches) peut emprunté par temps sec. Il aboutit par la porte de l'Echaugette contre le chevet à cinq pans de l'Eglise sur les bords de la NIVE. Pour les rejoindre, la marcheur moins assuré reviendra plutôt sur ses pas..pour prendre le


Chemin des écoliers : se trouvant , à gauche entre les 2 bastions , sous forme d’escalier dans la forêt communiquant avec le chemin de Saint Jacques reliant par un autre escalier la route de Caro.
Chemin de Ronde : à la première porte à gauche, une agréable promenade sur le haut des remparts avant de redescendre à la Porte de France.


Maison Mansart : l'Hotel de ville s’y est installé depuis 1935. Belle façade harmonieuse , symétrique et régulière en grès rose.

Pont-neuf : bien que construit en 1900. Etonnante vue sur la rivière, le Pont sur la nive, les maisons et balcons se reflétant dans l’eau et la Citadelle dominant le tout.

Place Floquet : celui-ci naquit rue de la citadelle en 1828 . Dans un duel fameux, il blessa le général Boulanger. A droite, sous le jardin de Zuharpeta, Donibane Garazi, Saint jean Pied de Port, en lettres de fleurs.

Porte d'Espagne: elle ouvre sur la voie romaine qui allait de Bordeaux à Astorga, devenue plus tard Route Napoléon et rebaptisée Route du Maréchal Harispe. Aujourd'hui, chemin utilisé par les pélerins se rendant à St Jacques de Compostelle, avant de franchir les Pyrénées et s'arrêter à Roncevaux après 7h de marche. Le soir, une illumination intégrée rappelle la voie lactée , le chemin des étoiles menant à Santiago


Pont et allées d'Eyheraberry : avant de franchir la Porte d’Espagne, aux deux piliers monumentaux, se diriger vers le fronton municipal en longeant les grandes arcades de soutènement. Le pont d’Eyheraberry ( moulin neuf) , de facture romaine, remonte en fait à 1640, et fut un raccourci vers l’Espagne. Après la révolution, ces moulins royaux auraient été vendus pour édifier le clocher de l'Eglise.


Pont de l’eglise: fut un gué sur lequel s’ouvrait la porte à herse.

Rue d'Espagne : une inscription 'André Fitère l’an 1789 ' revèle par écrit le prix du froment à une époque où les baux étaient essentiellement oraux.

Maison des Etats de Navarre : la plus grosse batisse de la ville 1610 . L’écusson a été martelé en signe de révolte. Regards sur les linteaux où parfois des métiers sont ciselés dans la pierre. Tout cet ensemble faisant la richesse de cette ville aux murs de grès rose et au sol pavé.

texte d’ après fascicule de l’office du tourisme