Saints et Vénérations de la Voie du Piémont Pyrénéen

Saint Michel Garicoïts

La voie du Piémont Pyrénéen passant par Bétharram ( petite ville béarnaise oł a grandement vécu Saint Michel Garicoïts) et Saint Just Ibarre (village oł il est né) , nous nous devions de  consacrer une page, et de rappeler la vie,  du saint local  Saint Michel Garicoïts, presque un contemporain puisqu'il naquit en 1797 , mourut en 1863, et fut canonisé en 1947 à Rome par Pie XII.

Vie aussi particulière , car nous avons affaire à un saint issu d'une famille humble, et qui devint prêtre. 

Sa vie

St Michel Garicoïx ( vitrail Jaxu)
Saint Michel Garicoïts, Michel pour le moment, naquit donc le 15 avril 1797 dans une famille humble d'Ibarre ( petit hameau proche de Saint-Just-Ibarre) dans une famille de très modestes agriculteurs.

Il sera le premier enfant de Arnaud Garicoits ( maison Garacotchea) et de Gratianne Etcheberry ( maison Ordokia).

Très pratiquants, Arnaud et Gratianne iront recevoir la bénédiction nuptiale en Espagne en 1796, la France étant , en cette époque révolutionnaire , très perturbée. 

Très tôt, Michel affichera un caractère très fougueux. Ne dit-on pas qu'à 6 mois, lors de son baptême, il réagira violament au contact de l'eau froide, arrachant des mains du prêtre la page du rituel.

Sa mère lui donnera les premiers rudiments d'une éducation religieuse qu'il fortifiera au cathéchisme de la paroisse. 

Dès 11 ans, il est placé comme domestique à Oneix, poursuivra son éducation avec le curé de Garris, et fera sa première communion à 14 ans, le 9 juin 1811. Cette année-là sera celle de l'eveil de sa vocation à devenir prêtre. 

Sa famille trop pauvre ne pouvant assurer financièrement son éducation, il devra travailler comme domestique, en même tant qu'il étudie.  

De 1811 à 1814 , il sera au college de St Palais, travaillant au début à Oneix, puis au service du doyen Borda. 

De 1814 ( il avait 17 ans) à 1816 , il aura une place de domestique à l'Evêché de Bayonne et poursuivra ses études à l'école Saint Léon. 

Puis  ce sera, de 1816 - 1819 qu'il entrera au Collège Royal d'Aire Sur Adour et suivra des études de philosophie.

Il poursuivra sa formation au Grand séminaire de DAX qu'il fréquenta de 1819-1821 ,puis sera affecté en tant que professeur de philosophie et de surveillant des élèves au Petit Séminaire de Larressore (1821 -1823) .

Il sera nommé sous diacre le 21 decembre 1822, diacre le 15 mars 1823, et le 20 décembre 1823, avec 13 camarades, il sera ordonné prêtre par le Mgr d'Astros dans la cathédrale de Bayonne.

 

Début 1824, il est nommé vicaire à Cambo.( il a alors 27 ans) oł il aide M. Hardoy le vieux curé. Sa tâche essentielle sera de reprendre contact avec les paroissiens que l'influence de bourgeois voltérien éloignent de l'église.

Il s'y emploiera pleinement, publiera avec son ami Jauretche un manuel de dévotion ( en basque) intitulé Appel d'amour du Sacré Coeur de Jésus aux Chrétiens fidèles  (Bayonne 1825).

Sa tâche à Cambo sera de courte durée : en octobre 1825, Michel Garicoïts est nommé par l'évêché , professeur de philosophie au séminaire de Bétharram. Il n'a que 28 ans lors de cette nomination.

Un nouveau lieu, une nouvelle vie allait commencer.

 

 

le village de Saint-just-Ibarre (Ostibarret - Pays Basque)

 

Bétharram (Béarn)

C'est en tant que professeur que Michel Garicoix est nommé au grand séminaire de Bétharram.

Outre son enseignement, il a pour tâche de seconder son supérieur Pierre -Procope Lasalle, prêtre vénérable mais certes âgé.
Il s'acquittera de sa tâche ,remettant un peu de discipline au séminaire.

Dès 1828, il sera aussi nommé aumonier de la fondation voisine des «Filles de la Croix», installée dans le village voisin d'Igon. Il y retrouvera des anciennes paroisiennes de Cambo qui ont intégré cette fondation.

Mais c'est surtout auprès de la fondatrice Soeur Elisabeth Bichier des Ages, et la première supérieure du couvent Soeur Marie-Perpétue qu'il trouvera une communauté, une complicité spirituelle.

En 1831 , suite au décès de Mr Procope Lassalle, il est nommé supérieur par Mgr d'Arbou (il a alors 34 ans). Mais ce n'est qu'une situation transitoire, puisque le séminaire doit déménager à Bayonne, ce qui se fera en 1833.

 

 

la société des prêtres du sacré-coeur de Jésus

 

Privée de ses séminaristes, Bétharram est un ensemble vide qui se tournera vers une nouvelle affectation. L'exemple de la congrégation d'Igon, l'idée également de l'evêque d'y créer un corps de missionnaires, ses propres réflexions, interrogations murissent le projet de créer une équipe apostolique , sans trop savoir s'il s'agira d'une équipe indépendante, ou incorporée à une autre congrégation.
Il consultera à Toulouse le Père Le Blanc , jésuite de renom, ainsi que son ancien évêque Mgr d'Artros, et reviendra avec la volonté de créer une équipe dont les objectifs sont de servir partout oł ils seraient appelés et dans les ministères les plus difficiles.

C'est ainsi qu'en octobre 1835, l'équipe de Bétharram, constituée de MM Garicoix, Guimon, Perquilhem, Chirou, Larrouy et Fondeville , adoptant le règlement de la maison des missionnaires d'Hasparren, posent les bases de la société des Prêtres du sacré-coeur de Jésus.

Mais cette nouvelle équipe , doit-elle être diocésaine comme le voudrait Mgr Lacroix, ou universelle avec un responsable élu, et au service de n'importe quel evêque , et sous l'autorité de Rome ?
Deux conceptions entre Mr Garicoix et Mgr Lacroix différentes ! qui montreront des divergences d'appréciation lorsque Mgr Lacroix remettra , en 1841, la Constitution et conférera le titre de Prétres auxiliaires du sacré-Coeur de Jésus. .

Ses réalisations

On lui attribuera divers réalisations, notamment

l'ouverture d'écoles et collèges
une école primaire en 1837 à Bétharram, puis des cours secondaires (Ecole Notre dame de Bétharram).
une école à Orthez, puis le collège Moncade, un auttre à mauléon, l'ecole d'asson et le collège sainte Marie d'Oloron

l'organisation des frères coadjuteurs
sa communauté de prêtres sera dédoublée d'une communauté de laïcs , de frères. Et pour eux il créera divers ateliers dans des domaines de métiers très différents

le restauration de Bétharram ainsi que celle du calvaire démoli par la révolution

Le soutien religieux aux communautés basquaises d'Amérique, projet qui démarrera en 1854, et dont le Père Didace barbé prendra la direction de l'équipe ( et qui oeuvrera en Argentine, en Uruguay, Paraguay et brésil).
Bétharram statue de st michel garicoix
   

Le temps est passé, Michel est fatigué. Dèjà il a eu plusieurs congestions cérébrales . Pour il luttera encore pour son oeuvre, pour défendre le statut de la congrégation. le 13 mai 1863, il est encore à Mirepoix pour s'entretenir avec Mgr Lacroix.

Dans la nuit qui suivra, le 14 mai jour de l'ascension, à 3h du matin, Michel Garicoix sera terrassé par une dernière crise.

 

 


Saint Michel Garicoix

 

En 1875, soit 12 ans plus tard, Soeur Marie de Jésus-Crucifié intercedera auprès de Mgr Lacroix pour qu'il envoie à Rome les Constitutions. Elle seront approuvées le 30 juillet 1875. Soeur Marie de Jésus-Crucifié sera dès lors considérée comme seconde fondatrice de l'institution.

Michel Garicoix sera déclaré saint et canonisé le 6 juillet 1947 par le pape Pie XII . Le même jour, Elisabeth Bichier des Ages, fondatrice de la congrégation d'Igon sera elle aussi canonisée.

Soeur Marie de Jésus-Crucifié sera elle aussi béatifiée le 13 novembre 1983 par jean paul II.

 

   

Merci de votre attention